Trouver le verbe de sa vie…

Quel est le verbe de ta vie ? Pas le métier, non, le verbe…différents chemins de la vie, trouver son chemin, adolescence, verbes de sa vie, futur, orientation

 

Aujourd’hui je voudrais te partager une lettre (« Lettres à ma génération » de Sarah Roubato) qui a su exprimer avec des mots justes ce que j’ai toujours pensé: Comment construire sa vie, si on ne se pose pas la bonne question:

« Qu’est-ce que vous voulez faire plus tard ? Voilà des années qu’on te pose cette question. Et pour celui qui te la pose, cela ne se réduit qu’à une seule chose : ton métier. On te demande quel métier tu veux faire sans même t’avoir présenté toutes les possibilités, puisque voilà dix ans qu’on t’enseigne les mêmes matières à l’école. Moi j’aurais une autre question à te poser:

Quel est le verbe de ta vie ? Pas le métier, non, le verbe.

C’est lui qui va tracer les chemins de ta vie. Oui je dis bien les chemins, car dans le monde de demain, avoir plusieurs chemins de vie, de carrière, de métier, ne sera pas réservé aux atypiques. J’en rencontre tous les jours : des ingénieurs qui deviennent boulanger, des comédiens qui deviennent pilote, des avocats qui deviennent activiste dans une association. À toi qui changes d’avis, qui n’es pas sûr d’être un littéraire ou un scientifique (…) ! Si on regardait ça autrement, en se disant que ceux qui s’intéressent à des domaines différents, (…) sont des gens qui ouvrent les horizons, qui fabriquent de nouveaux potentiels.

Mais il y a quelque chose qui rend logique leurs bifurcations : leur verbe.

 

Bertrand Piccard est un psychiatre et aviateur suisse. Il a inventé le premier avion qui vole avec énergie solaire. Cet homme a soif d’innovation et d’aventure, il aime scruter les domaines inexplorés et il respecte la nature. S’il n’avait pas rencontré un avion un jour, il aurait pu être spéléologue, photographe sous-marin, sauveteur d’animaux sauvage. Dans ce qu’il aurait fait, il aurait cherché l’innovation et l’aventure. Ton métier est au service de son rêve… (…)

Kiran Bedi est une femme indienne qui a introduit la méditation dans les prisons. Cette femme cherche à changer les systèmes. À y amener de l’écoute, de soi et des autres. Si ça n’avait pas été les prisons, elle aurait pu changer les écoles ou bien les hôpitaux…

Les contextes dans lesquels tu fais les choses sont le fruit des accidents de la vie, des rencontres, du hasard, des circonstances. Peu importe que ce soit dans une entreprise, une association, une forêt, une école ou une scène, tu feras toujours ce qui te correspond, si tu trouves ton verbe.

 

Si le verbe de ta vie c’est aider, tu pourras autant être avocat, médecin urgentiste ou travailler dans une ONG. Si c’est transmettre, tu pourras être enseignant aussi bien que journaliste ou comédien. Veux-tu découvrir des choses (archéologue, historien, chimiste, biologiste)? Veux-tu en inventer (ingénieur, magicien)? Veux-tu les exprimer (écrivain, musicien, artiste)? Les analyser (éditorialiste, analyste politique, sociologue) ? Veux-tu soigner, guérir, protéger, défendre ?

Bien sûr, après, il faut affiner. Trouver la matière dans laquelle ton verbe va agir : les mots, le corps, l’image, la nourriture, les animaux. (…) Tu peux combiner tes savoir-faire : créer des jeux vidéos et en inventer la musique, sculpter tes pâtisseries en œuvres d’art.

 

adolescence, choisir sa vie, psychologie, vision positive, choisir son verbe, Et puis il faut se poser aussi la question de ton mode de vie : veux-tu des horaires fixes ou irrégulières, veux-tu rester au même endroit ou bouger, travailler à l’extérieur ou dedans ?

Et enfin, mais peut-être surtout, savoir au service de quoi tu mets ton verbe : du système capitaliste de production de richesse qui met en compétition les individus, qui détruit la terre et ses êtres vivants, ou bien d’un autre système basé sur le respect du vivant et l’entraide ? Dans les deux, tu pourras te faire valoir, te dépasser, innover. Tu peux exercer le même métier pour servir deux visions du monde totalement opposées. Demain, le métier ne sera pas nécessairement le centre de nos vies. Il faut trouver un métier qui te fasse vivre et qui te laisse vivre. Un métier qui nous laisse le temps d’apprendre, de découvrir, de nous émerveiller, de vivre avec les autres. Qui nous permette d’habiter le temps au lieu de lui courir après.

 

Prends le temps de te tromper !

(…) Tu as le droit de te tromper. (…) Mais il y a une chose que tu n’as pas le droit de faire: tricher avec ton rêve. Un jour j’ai rencontré un homme qui était musicien, il avait du succès, et puis une nuit (…) il a quitté une vie qui ne lui ressemblait plus. (…)

N’oublie pas aussi que tu as le droit de bifurquer, de prendre d’autres chemins, à trente ans, à quarante ans, quand tu veux ! Ce n’est pas à toi de plier tes envies pour qu’elles rentrent dans les cases du système. C’est à toi d’utiliser ce que la société t’offre pour réaliser ton rêve. (…)

 

Sarah Roubato se définit comme « Pisteuse de paroles, écouteuse à temps plein, chercheuse en trans-écritures ». Elle publie « Lettres à ma génération » chez Michel LafonPour écouter un extrait de cette lettre en version audio cliquez ici !

Lettre découverte sur le livre-journal: La relève et la peste / Image Paige Jones

Laisser un commentaire